journal des communistes de la Croix-Rousse depuis 1983
OCTOBRE 2017
débats d'idée - champs libre
Quand les élus rabaissent leur fonction à de la publicité pour un magasin de fringues
par Stéphane

« Lyon Capitale » a trouvé la bonne accroche pour illustrer sa photo : des élus lyonnais devenus « hommes-sandwichs» pour célébrer dignement l’arrivée du Veau d’Or sous les traits d’Uniqlo une marque mondialisée, standardisée et donc forcément moderne.
Et il fallait bien ça pour remercier le Sauveur d'un quartier en déshérence ! Rappelons-nous le slogan anglais, forcément anglais pour être moderne : « up in Lyon ! ».


Inventé il y a 10 ans, pour annoncer, trompettes au vent, l’arrivée du luxe émirati dans un quartier Grôlée toujours maudit lorsqu’était interrogé son aménagement.

Personne n’a remarqué que c’était plutôt la première trompette de l’Apocalypse…

Rappelons-nous aussi le départ rapide de Zilli, une marque de luxe, dont le logo était un lingot d’or (tout un programme) ou d’un restaurant haut de gamme, préférant le bling-bling de Confluence au blong-blong d’un quartier que Collomb imaginait en place Vendôme.

Au-delà du ridicule, cet accoutrement est le terrible symbole d’une caste qui oublie rapidement qu’elle est d’abord censée servir ses concitoyens et pas une marque symbolisant le capitalisme mondialisé dans toute son horreur.

Je n’ai pas souvenir d’une telle mobilisation politique pour l’ouverture d’une donnerie à Lyon alors que son utilité sociale, écologique et économique pour les citoyens et notre environnement est sans commune mesure avec Uniqlo, adepte du greenwashing et de l’usage immodéré des petits salaires ici, et de l’exploitation humaine là-bas.

Faut-il rappeler qu’en 2014, les sous-traitants d’Uniqlo ont été rattrapés par la patrouille des droits de l’Homme pour des conditions de travail jugées indignes ? Faut-il rappeler que les fringues Uniqlo étaient fabriquées dans les ateliers du Rana Plaza dont l’effondrement a fait plus de 1000 morts ?

Uniqlo c’est un groupe capitaliste, Fast Retailing, avec un marketing qui dit « Changing clothes. Changing conventional wisdome. Change the world. Fast Retailing and its group companies have the conviction and vision to face the challenge of creating a better world”.

Et notre clique macronienne locale en redemande de ce rata immonde.

Je passe ici sur ses activités de développement durable pour se donner une belle conscience verte. C’est du Ushuaïa version nippone. Peut-être qu’un jour le patron d’Uniqlo finira ministre de l’environnement au Japon…

Cette venue est une Providence. Les ouailles du Dieu PIB, ont alors troqué un déguisement, celui souvent dévolu pour remercier la bonté des promoteurs, pour celui d’hommes-sandwichs, mieux adapté aux Marchands du Temple.

Combien de rendez-vous avec des associations de quartiers ou des citoyens ont été rayés mécaniquement des agendas de cette oligarchie bourgeoise pour qu’elle accoure ventre à terre se prosterner devant la Sainte Marque du business triomphant ?

Le pire est qu’ils ne se rendent pas compte du sens de ce genre d’échanges téléphoniques :

- L’assistant du Maire (Président….) : « Monsieur le bénévole de l’association X ? Oui bonjour, finalement M. le Maire ne pourra pas venir rencontrer votre association. Il inaugure un magasin ».

C’est plus que consternant.

Jamais ces adorateurs du Divin Marché ne se poseront la question de leur émancipation de cette servitude volontaire à un capitalisme qui détruit tout sur son passage. Jamais, car ils s’en nourrissent. Jamais, car c’est la condition de leur survie politique et celle de leur classe. Les citoyens peuvent toujours attendre que leurs regards se tournent vers leurs réels besoins.

A nous de les dégager.

Stéphane

Photo : Lyon capitale


0 commentaire



Ajouter un commentaire
Votre commentaire sera validé apres vérification.

Les champs en gras seront visibles sur mon site
Prénom ou Pseudo (*) 
Email (*) 
Message  (*) 
Adresse IP : 54.80.60.91
 
(*) champs obligatoires