journal des communistes de la Croix-Rousse depuis 1983
JUILLET 2017
La gadgétisation du monde : profit pour quelques-uns, asservissement pour tous les autres.
par Stéphane

Le numéro 603 de « La Tribune de Lyon » titrait sa une par un très modeste : « les innovations lyonnaises qui vont changer le monde ». Diantre ! Le développement de l’habitat coopératif ou la reprise en main par les ouvriers de leurs outils de production allaient enfin être mis à l’honneur, car de nombreux Lyonnais ont compris qu’il fallait impérativement concrètement explorer de nouveaux possibles...
JUIN 2017
Sortie des Etats-Unis d’Amérique des Accords de Paris sur le climat : la société du spectacle mondialisée
par Stéphane

Hollywoodien ! La COP21, à défaut d’avoir un quelconque intérêt pour sauver notre planète, a l’immense avantage de créer un vaudeville médiatique et politique mondial qui serait hilarant s’il n’était aussi mortifère pour les peuples qui continueront à subir la domination de cette oligarchie criminelle.
DÉCEMBRE 2016
Nucléaire : Mesurons-nous sa démesure ?
par Stéphane

Les opinions sur l’énergie produite par les centrales nucléaires, au-delà d’être clivantes entre les communistes, sont souvent interrogées à l’aune d’arguments scientifiques et techniques, certes extrêmement importants pour prendre position mais sacrément réducteurs face à un problème qui dépasse largement la question de nos modes de consommation ou la limite de l’extraction de l’uranium (pour les centrales nucléaires) ou du gallium (pour les panneaux photovoltaïques).
Le « Grain de Sel » vous oriente vers les réflexions du scénario NégaWatt (prochaine mouture début janvier) ou le livre, très argumenté, du camarade Amar Bellal (« Environnement & énergie ») pour vous faire un avis plus solide.
Le « Grain de Sel » souhaitait faire le pas de côté sur ce sujet et ouvrir différemment le débat. Quant à ma position, mes camarades lyonnais la connaissent : le nucléaire civil pour notre production énergétique n’est pas notre avenir, mais de multiples leviers devront être actionnés dans une vision radicalement différente de notre société. Au risque sinon de la pensée magique et du « yakafokon ». Au risque, surtout, que ce soient les classes populaires qui pâtissent de choix sans doute écologiquement justes, mais socialement dramatiques. Nous y reviendrons pendant les campagnes politiques de 2017 et à l’occasion de la sortie du nouveau scénario NégaWatt.

DÉCEMBRE 2016
La métropole mondialisée asphyxie le peuple,dégageons ceux qui reproduisent ce système criminel !
par Stéphane

« Le Grain de Sel » ne cessera de répéter que la ville globale est le lieu où s’affrontent violemment la lutte des classes et l’accumulation par dépossession imposée à une très large majorité des citadins. La Métropole Lyonnaise nous l’impose quotidiennement en colonisant toujours plus d’espaces pour la jouissance des plus riches au détriment aussi des périphériques qu’elles soient urbaines ou rurales. La pollution, la « crise » du logement ou la privatisation des espaces publics n’en sont que les conséquences. Avec un ras-le-bol comme corollaire qui provoque deux réactions antagoniques : la montée du Front National mais aussi des expériences locales formidables hors ce système nécrosé. Derrière ce nouvel épisode de pollution atmosphérique, c’est bien une vraie crise systémique que nous rencontrons. A nous de nous mobiliser pour que la solidarité et la coopération prennent le pas sur la haine de l’autre et le « tous contre tous ».
JUIN 2016
Pollution à Lyon : Leur irresponsabilité attaque nos poumons ? Attaquons leur responsabilité !
par Stéphane

Il y a un an "le Grain de Sel" s'alarmait de l'inconséquence de nos barons locaux quand à la pollution atmosphérique aux sorties du tunnel de la Croix-Rousse (à relire car plus que jamais d'actualité, hélas).
Si, bien évidemment, rien n'a été fait depuis, on ne peut pas être une smart city ultraconnectée et s'occuper des poumons de nos enfants, les parents d'élèves de l'école Michel Servet vont bientôt en remettre une couche...et le "Grain de Sel", c'est maintenant !
MAI 2016
Verrouillée dans sa tête,notre baronnie locale verrouille toute alternative à la ville capitaliste
par Stéphane

Rue de la République privatisée, Part-Dieu financiarisée, Jardin des Pendarts matraqué, « le Grain de Sel » a maintes fois écrit sur notre ville vendue tel un paquet de lessive aux plus offrants. Lyon n’est plus urbaine, sa baronnie a fait d’autres choix idéologiques. Notre baronnie sert naturellement sa classe et il n’y a donc évidemment aucune surprise avec ce nouveau produit, semblable aux précédents, présenté à travers une publicité dans la propagande médiatique officielle. Un nouvel exemple, et pas le dernier : l’ancienne école des Beaux-Arts.

NOVEMBRE 2015
Sortir du capitalisme par l'écologie sociale
par Stéphane

Face à la crise systémique que nous subissons, notre offre politique, pour la dépasser, doit être aussi systémique. Les compétences des nouvelles régions doivent permettre d'interroger globalement nos politiques publiques. La question de l'écologie sociale doit traverser tous les champs d'un projet de territoire. Et seule une vision anticapitaliste permettra de passer d'une concurrence qui tue les Hommes et leur environnement à une coopération solidaire et un développement équilibré de notre territoire.
JUIN 2015
Pollution à la Croix-Rousse : notre santé ne doit pas avoir de prix
par Stéphane

Le 3 juin dernier, « le Progrès » révélait les mauvais chiffres de la pollution aux abords du tunnel de la Croix-Rousse. La réponse du Maire du 4ème arrondissement, M. Kimelfeld, fut aussi consternante qu’inquiétante : « il sera de notre responsabilité de prendre, si nécessaire, des mesures. Lesquelles ? Aucune idée. Les techniciens, si nécessaire, feront des propositions, mais nous n’en sommes pas là je crois ». Au « Grain de Sel », on ne croit pas que cela peut être nécessaire : Nous sommes certains que c’est une impérative obligation car près de la moitié des Lyonnais et des Villeurbannais respirent un air de mauvais qualité.
JUIN 2015
Lyon, un pur produit du néolibéralisme
par Stéphane

Le dossier « Lyon est-elle une capitale européenne ? » du « Lyon Capitale »(1) de ce mois illustre parfaitement la phrase de Marx : « Les pensées dominantes ne sont pas autre chose que l’expression idéale des rapports matériels dominants. Autrement dit, ce sont les idées de sa domination ». Détenu par Fiducial Medias, et avec trois pages de pub payées par un promoteur immobilier, « Lyon Capitale » n’a évidemment pas évité le moindre poncif sur la ville capitaliste qui s’autoproclame moderne pour mieux asseoir sa domination.
JUIN 2015
Le projet Part-Dieu : la tête à l'envers !
par Stéphane

Crée en décembre 2014, le Collectif Part-Dieu réunit habitants, associations, militants syndicalistes ou politiques. Son objectif : permettre aux habitants, salariés et usagers de la Part-Dieu de participer concrètement au projet de développement du quartier de la Part-Dieu et créer un rapport de force avec les élus, promoteurs et investisseurs jusque-là sourds et aveugles devant les interrogations et demandes des habitants. Le « Grain de Sel » a rencontré 5 de ses membres (1) .
AVRIL 2015
Les habitants revendiquent le droit à la ville !
par Stéphane et Philippe

« Le rêve au quotidien » est de retour à la Croix-Rousse !
Depuis un an, l’association « la ruche de la Croix-Rousse» occupait une friche abandonnée par la ville avec l’objectif de créer une maison de quartier entourée d’un jardin partagé ouvert à tous et dédié aux pratiques culturelles, agricoles et collectives. Alors que les membres de l’association ont multiplié les demandes de rendez-vous, c’est le bruit des gyrophares de la police annonçant leur expulsion qui a mis fin au silence assourdissant de la mairie centrale de Lyon(1) . La mobilisation prend de l’ampleur car ce combat symbolise la lutte contre la privatisation de NOTRE ville.
MARS 2015
La pollution de nos villes : asphyxie de nos poumons ... Symptômes du capitalisme
par Stéphane

Les habitants de nombreux territoires ont souffert durant une semaine d’un pic de pollution qui avait largement dépassé les « normes admises ». Au-delà du fait que même en dessous de ces normes, les particules fines sont nocives pour notre santé, cet épisode polluant ne doit pas uniquement être interrogé au regard des déplacements automobiles. Il est surtout l’une des conséquences désastreuses de l’utilitarisme de nos territoires entièrement assujettis à l’économie de l’accumulation.